Justice et Paix | 12.09.2016

Initiative populaire pour une économie verte



Justice et Paix | 01.07.2016

Planifier la mort est inacceptable


Justice et Paix | 05.06.2016

Référendum contre la modification de la loi sur l’asile


Tous documents

Amnesty International: Journée 2015 des droits de l'homme

Communiqué de presse | 09.12.2015

Les droits humains sont la boussole de la démocratie

Appel des Eglises à l’occasion de la Journée des droits humains

A l’occasion de la Journée internationale des droits humains, le 10 décembre, les Eglises nationales soulignent les liens entre la démocratie et les droits humains. Les Eglises constatent toutefois avec préoccupation que les droits fondamentaux sont de plus en plus souvent soumis aux aléas de la volonté populaire. Les trois responsables des Eglises nationales, Mgr Markus Büchel président de la Conférence des évêques, le pasteur Gottfried Locher président du Conseil de la Fédération des Eglises protestantes et l’évêque Harald Rein de l’Eglise catholique-chrétienne se disent « convaincus que les droits fondamentaux et humains sont la base indispensable pour une démocratie répondant aux exigences de justice ». Or un système démocratique ne peut tendre vers la justice que s’il est capable de se mesurer aux droits fondamentaux.

A l’occasion du 10 décembre, journée internationale des droits humains, les Eglises publient le dépliant « Recherchez la justice ! » (Esaïe 1,17) qui illustre des aspects fondamentaux de la démocratie : la participation démocratique à l’élaboration des lois auxquelles le peuple est soumis, l’exigence de justice pour garantir un Etat et des lois justes, l’exigence de solidarité envers toutes celles et ceux qui résident dans le pays, et l’accès à des tribunaux indépendants, y compris à une instance de recours.

Les droits humains doivent être la mesure des décisions de justice, y compris devant une instance de recours comme la Cour européenne des droits de l’homme, faute de quoi ils restent lettre morte. C’est la garantie ultime de notre liberté et de notre sécurité de citoyenne, de citoyen, d’un Etat digne de confiance.

L'idée de droits humains généralisés n’est pas inhérente à l’humanité. Ce n'est qu'après les expériences effrayantes des systèmes totalitaires au 20e siècle que l'humanité a réussi à s’accorder sur un socle commun de droits fondamentaux. Tout homme et toute femme peut s’y référer, quels que soient son statut socio-économique, sa culture, sa religion ou son appartenance ethnique. Les Eglises insistent pour que cet acquis civilisationnel ne soit pas sacrifié aux objectifs d'une politique quotidienne, souvent à courte vue et privilégiant des intérêts particuliers ou nationaux.

Les Eglises nationales appellent également à signer un appel lancé par l’ACAT, partenaire traditionnel de l’Action pour la Journée des droits humains.