Justice et Paix | Communiqué de presse | 09.06.2011

30 ans d’égalité ne sont pas suffisants

Justice et Paix revendique des efforts supplémentaires à l'occasion de la journée de grève et d’actions des femmes

 Dans le cadre de la journée de grève et d’actions des femmes le 14 juin, des femmes et des hommes fêtent les 30 ans de l'article constitutionnel sur l’égalité des sexes, les 40 ans du droit de vote des femmes et les 20 ans de la grève des femmes en Suisse. La Commission nationale Justice et Paix se félicite des progrès dans la réalisation de l'égalité au niveau social et juridique. Néanmoins, il reste encore beaucoup à faire: les femmes assument une charge multiple, elles sont fortement défavorisées sur le marché du travail et sousreprésentées dans les postes à responsabilité.
Malgré l’article constitutionnel de 1981 et la loi sur l'égalité de 1995, postulant un salaire égal pour un travail de valeur égale, les femmes gagnent toujours nettement moins que les hommes pour la même activité. Les femmes sont plus souvent mal rémunérées et touchées par le chômage. De plus, elles réalisent la plus grande part du travail non payé. Dû au manque de structures d’accueil pour les enfants, les jeunes et les proches parents qui nécessitent des soins, elles sont souvent obligées de réduire leur activité professionnelle et en subissent les conséquences sur le long terme.
Pour ces raisons, Justice et Paix fait appelle à la Confédération et aux cantons afin qu’ils renforcent les mesures pour promouvoir l'égalité à tous les niveaux de la société, selon l’article de la Constitution de 1981 et la loi sur l'égalité de 1995. En tant qu’Etat partie de la Convention des Nations Unies pour les droits de la femme et du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, la Suisse est aussi dans l'obligation internationale d’éliminer la discrimination envers les femmes.
D’après Justice et Paix, la réflexion sur l’égalité des sexes laisse apparaître avant tout une vision chrétienne selon laquelle ce n’est pas le sexe (Gal 3,28 : « il n'y a plus ni homme ni femme »), mais la personne et son mode de vie qui doivent être au centre. La Pentecôte, qu’on fête prochainement, nous rappelle que l’Esprit divin a été adressé à une communauté d’êtres égaux. De même, l’abbé Martin Werlen,
responsable pour le travail de Justice et Paix à la Conférence des évêques suisses souligne : « L’esprit divin est féminin dans les langues bibliques originales. Durant les décades passées, beaucoup de femmes ont fait témoignage de cet Esprit divin dans leur engagement en faveur de l’équivalence entre femme et homme. » Cette commémoration doit nous inciter à poursuivre cette vision avec créativité – dans la
politique, l’économie et dans l’église.
Berne, le 8 juin 2011
Contact: Katia Aeby, Tél : 031 382 01 29, Email : katia.aeby@juspax.ch