Mandat

Dans le cadre du concile Vatican II, le pape Paul VI a appelé à la création d’un conseil pontifical et de commissions nationales Justice et Paix ; Justice et Paix n’a « d’autre mission que de faire en sorte que les yeux de l’Eglise restent ouverts, que son cœur reste sensible et sa main prompte à l’œuvre de charité » (discours de Paul VI aux membres du Conseil pontifical de Justice et Paix reçus en audience, 1967).

Le Concile estimait, pour sa part, très souhaitable la création d’un organisme de l’Eglise universelle chargé d’« inciter la communauté catholique à promouvoir l’essor des régions pauvres et la justice sociale entre les nations » (Gaudium et spes, § 90).

Chaque commission nationale cherche, dans la mesure de ses moyens et selon la culture et la société dont elle est partie prenante, à contribuer à plus de justice sociale, dans son pays et dans le monde.

La Commission suisse Justice et Paix
o est une commission faîtière de la Conférence des Evêques suisses (CES) qui ratifie son programme annuel de travail et son rapport annuel d’activité
o dispose d’un secrétariat permanent
o est responsable de ses finances ; la CES approuve son budget et ses comptes annuels.

Dans un processus de dialogue, la commission Justice et Paix travaille à promouvoir les droits humains et la justice sociale en Suisse et dans le monde. J+P :
o conseille la CES et élabore ses prises de position pour les questions politiques, éthiques, économiques et sociales
o contribue à la formation de l’opinion du public et des milieux catholiques
o coopère avec des institutions poursuivant des objectifs similaires dans un souci de mise en réseau et de création de synergies.