Justice et Paix | Communiqué de presse | 02.03.2009

Réduire le danger des armes

Dépôt de l’initiative populaire contre la violence des armes

La commission nationale suisse Justice et Paix soutient l’initiative contre la violence des armes, déposée le 23 février à Berne. L’initiative répond au droit de chaque personne à vivre en paix et en sécurité. Limiter et contrôler la détention des armes permet d’en diminuer l’usage abusif. On peut ainsi sauver des vies et réduire les menaces dans les situations de violence domestique.
La Bible condamne la violence et toute atteinte à la vie à partir du 5e commandement : «Tu ne tueras pas». Les générations futures ont besoin d’un monde de paix entre les peuples, mais aussi dans les familles et la société. Or les 2,3 millions d’armes à feu de tous genres disséminées en Suisse, loin d’être un facteur de sécurité, constituent un danger bien réel pour la population.
Un grand nombre de femmes et d’enfants, victimes de violence domestique, se sentent directement menacés par la présence d’armes à domicile. Une arme à portée de main constitue clairement un danger supplémentaire. Même si elle n’est pas utilisée, une arme est un facteur important de violence psychologique. Parfois, la violence est tournée contre soi-même. Les personnes suicidaires agissent le plus souvent sous l’effet d’une violente pulsion, en proie à des émotions qui les dépassent. L’utilisation d’une arme à feu ne laisse alors pratiquement aucune chance de survie. L’expérience a montré que la réduction de l’accès aux armes à feu diminue le taux de suicides. Le dépôt de l’arme militaire à l’arsenal ne remet aucunement en cause l’armée, ni le système de milice, ni même les tirs obligatoires.
Limiter la disponibilité des armes légères
Sur le plan international, les armes légères sont les armes de destruction massive de l’époque contemporaine. Légères, maniables, aisément transportables, elles sont les actrices principales de la plupart des conflits du tiers monde et des actions terroristes. Même des enfants peuvent s’en servir. OEuvrer pour la paix exige de la Suisse, un engagement accru pour le contrôle et la limitation de ces armes.
Berne, le 24 février 2009
Contact : Maurice Page 031 382 01 29 / 079 537 31 48