Justice et Paix | 12.09.2016

Initiative populaire pour une économie verte



Justice et Paix | 01.07.2016

Planifier la mort est inacceptable


Justice et Paix | 05.06.2016

Référendum contre la modification de la loi sur l’asile


Tous documents

Justice et Paix | Communiqué de presse | 15.01.2009

Ouverture d’un corridor humanitaire pour évacuer les enfants blessés de Gaza

Au regard de la situation humanitaire toujours plus catastrophique dans la bande de Gaza, la Commission nationale suisse Justice et Paix réclame l’ouverture d’un corridor humanitaire garanti par les deux parties en conflit. Ce corridor doit permettre d’évacuer les enfants blessés, avec leur mère, hors des zones de combats. Le Caritas Baby Hospital de Bethléem est prêt à organiser les soins médicaux nécessaires à ces enfants.
Les catholiques suisses soutiennent depuis de longues années les populations de Terre Sainte et en particulier par Secours aux Enfants Bethléem l’hôpital des enfants de Bethléem. C’est ainsi que des contacts directs, dans et autour de la zone de guerre, confirment les souffrances et la détresse de la population de la bande de Gaza. Cette situation insoutenable touche en particulier les blessés et les malades et tout spécialement les enfants.
Le Caritas Baby Hospital de Bethléem collabore avec d’autres hôpitaux de la région. Il est ainsi en mesure d’assurer les soins médicaux pour les enfants et les jeunes blessés. Cela exige une garantie des deux parties de respecter ce corridor humanitaire et de renoncer à toute opération militaire dans ces secteurs. Justice et Paix appelle la communauté internationale et la politique étrangère suisse à intervenir dans ce sens auprès des parties en guerre, pour assurer un transport sûr des blessés, accompagnés de leur mère ou d’une autre personne.
En plus de l’activité diplomatique et politique pour faire cesser cette guerre, il faut d’urgence un soutien pour les personnes les plus touchées spécialement les enfants. Leur avenir et celui de leur famille est extrêmement précaire à cause des destructions massives et du manque de médicaments et de soins. Tous les hommes de bonne volonté sont appelés à soutenir cette démarche et à intervenir auprès des personnalités politiques pour qu’une solution à ce conflit puisse être trouvée le plus rapidement possible.
Berne, le 15 janvier 2009