Justice et Paix | 01.09.2017

La commission nationale suisse Justice et Paix explique les raisons éthiques et sociales de son OUI à la réforme de la prévoyance vieillesse 2020.


Tous documents

Justice et Paix | Communiqué de presse | 22.01.2018

Votons non à la suppression du service public subventionné par les redevances

La Commission nationale Justice et Paix recommande de voter non à lʼinitiative "No Billag". Une victoire de lʼinitiative aurait de lourdes conséquences pour la démocratie et les minorités dans notre pays: lʼinformation et la formation de lʼopinion dépendraient en fait, de plus en plus, de la capacité de financement dʼinvestisseurs puissants et la couverture médiatique relèverait davantage dʼintérêts politiques et économiques. La diversité et la qualité des offres régionales dans les différentes langues se verraient passablement compromises.  

La Suisse vit de sa diversité culturelle et linguistique. En vue de la cohésion sociale et du fonctionnement de la démocratie, il est essentiel de retrouver cette diversité dans lʼoffre venant du service public. Lʼinitiative "No Billag" envisage par contre dʼarrimer les émissions radio, tv et les nouveaux médias à lʼéconomie de marché: celui qui veut voir, entendre et consommer doit sʼacquitter dʼun abo pour prestations fournies. Toutefois, les situations de vie et les secteurs de la société ne sʼaccomodent pas tous de la loi de lʼoffre et de la demande. Avec la suppression des redevances radio/tv, les prestations en arriveraient à ne plus être équivalentes dans toutes les régions linguistiques de la Suisse. La cohésion nationale en pâtirait.

Le service public financé par les redevances sʼest maintenu de par le passé au-delà des frontières linguistiques et culturelles. Un financement diagonal était souhaité, afin de garantir une offre multiple et une diversité dʼopinions tout autant dans les régions linguistiques plus petites quʼau sein des minorités. La suppression des redevances radio/tv entraînerait un recentrage analogue à celui quʼon observe, influent et croissant, dans la presse écrite. La démocratie et le journalisme de qualité en pâtiraient.

Dʼun point de vue dʼéthique sociale, qui envisage la protection des minorités ainsi que le bien commun, cette initiative entrave une gestation équilibrée de lʼinformation et de lʼopinion. Dans une démocratie digne de ce nom, tous, citoyennes et citoyens, et surtout les minorités, nécessitent dʼun accès équitable à une information équilibrée – indépendamment de leur position sociale, économique et politique.

 

Fribourg, le 22 janvier 2018

 

Pour dʼautres informations:

Wolfgang Bürgstein, Secrétaire général de Justice et Paix:

portable: +41 78 824 44 18, courriel: wolfgang.buergstein@juspax.ch

 

Justice et Paix est une commission consultative de la Conférence des évêques suisses. Elle traite des questions de l'éthique sociale dans les domaines de la politique, du social, de l'écologie et de l'économie.

No Billag (47.84 kB)